top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurKlara Yoga

DANS L'ESPACE DE L'INVISIBLE : PRÉSENCE À SOI & PRÉSENCE AU MONDE



Il fut un temps où la danse avait une place centrale dans ma vie. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, pour autant, je suis toujours aussi fascinée par tout ce qui se joue dans l’interprétation, notamment par l’état de présence des danseurs. La présence à soi (et de ce fait, la présence scénique) relève d’un état de conscience hautement éveillé de l’interprète à ses sensations, à la gestuelle, aux autres danseurs, à ce qui se trame dans l’ici et maintenant. À mon sens, une grande part de la magie de la danse se trouve dans les intervalles avant et entre les mouvements chorégraphiés, dans ce qui émane du danseur au-delà des gestes. C'est notamment dans ces moments où l'invisible se manifeste que la danse et la scène deviennent une fenêtre ouverte sur les profondeurs de l'âme.


Plus tard, lorsque j'ai découvert le yoga, j'ai retrouvé cet état de présence à soi – bien qu'il ne soit pas destiné à être livré sur scène – un état dans lequel peut se dévoiler notre monde intérieur de sensations, d'émotions. Le yoga, en nous invitant à être présent, nous aide à explorer les couches les plus profondes de nous-même. 


Bien au-delà des asanas, la pratique du yoga invite les pratiquants à plonger dans le monde de l'invisible où se produit un "travail intérieur". Pour Philippe Filliot, "ce travail intérieur plonge ses racines très profondément, très loin, au-delà de notre conscience ordinaire, dans le fond clair-obscur de l'être et du corps, ce fond aboutissant sur un autre fond encore plus immense, innommable, un fond sans fond, qui échappe à toute saisie sensorielle ou intellectuelle. Mais peu importe d'où cela provient, comment cela se déroule, ce qui compte c’est l’effet produit, lui, bien manifeste. On ne voit pas le vent mais on entend le bruissement des feuilles."


Ainsi, la finalité du yoga n'est pas de réussir les asanas (postures), ni de rechercher la performance, mais plutôt d'observer la manière dont on fait les choses : dans quelle attitude je suis quand je fais ceci ou cela ? Où est dirigée mon attention ? Suis-je dans mon corps, connecté à mon ressenti, connecté au moment présent ? Enfin, j'ai l'intime conviction que ce travail intérieur orienté vers "l’espace du dedans", selon l'expression d'Henri Michaux, prend tout son sens lorsqu'il est redirigé ensuite vers l’espace du dehors. En s'engageant dans la pratique et en cultivant cet état de présence, le yogi est plus enclin à développer ouverture, tolérance et compassion. La conscience de soi engendre la conscience de l'autre. Les bienfaits individuels ont un impact sur le collectif.


Au-delà d'une quête personnelle, c'est une invitation à se connecter avec le monde de manière plus profonde, authentique et significative. ♡

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page